RÉNOVATION THERMIQUE : AU-DELÀ DE LA DÉPENSE, DES ÉCONOMIES SUBSTANTIELLES

Rénovation thermique : au-delà de la dépense, des économies substantielles

/
 

Plus un bien ancien répond aux nouvelles normes énergétiques, plus il reprend de la valeur. Toutefois, au vu du coût des travaux énergétiques, plus d'un propriétaire hésite à rénover. Il y a pourtant intérêt à sauter le pas : plusieurs de ces travaux génèrent des économies tangibles à long terme qui compensent l'investissement initial.


Les travaux énergétiques visent avant tout à améliorer le confort de vie au domicile. Si leur coût semble trop prohibitif, il importe d'évaluer leur rentabilité au-delà de la dépense initiale pour prendre la bonne décision. La rénovation de l'isolation et celle du système de chauffage, en particulier, offrent un retour sur investissement particulièrement avantageux. D'où l'intérêt de leur donner la priorité pour revaloriser un bien ancien.
 

Mieux isoler pour chasser le gaspillage d'énergie

L'isolation réserve d'importantes poches d'économies énergétiques après rénovation. Logique : la déperdition de chaleur dans un bien mal isolé oblige à faire davantage tourner le chauffage pour préserver la chaleur intérieure. A la clé, la facture énergétique peut vite monter.

En rénovant l'isolation intérieure et/ou extérieure, le gaspillage d'énergie disparaît. Le propriétaire peut économiser jusqu'à 30 % d'énergie. Toutefois, s'il n'a pas les moyens de refaire la totalité de l'isolation, il peut cibler les travaux d'isolation les plus rentables. Ainsi, isoler les sols permet d'économiser 10 % d'énergie. L'isolation des murs permet d'atteindre 20 à 25 % d'économies énergétiques. Les combles perdus remis aux normes d'isolation thermique offrent 25 % d'économies d'énergie. Le toit, enfin, représente 30 % de chaleur perdue quand l'isolation laisse à désirer, autant qui seront préservés suite à rénovation.
 

Moderniser le chauffage pour consommer moins

Les biens anciens peuvent présenter des systèmes de chauffage vieillissants, peu performants et énergivores. Or, aujourd'hui, plusieurs systèmes de chauffage innovants permettent de maintenir le domicile à bonne température sans surconsommer. On peut citer, entre autres, les poêles à granulés de bois. L'achat peut monter jusqu'à 6000 euros, mais à l'usage, la facture d'énergie peut être divisée par deux grâce au prix bon marché des granulés. La chaudière à gaz à condensation a aussi fait ses preuves comme système de chauffage qui fait économiser jusqu'à 35 % d'énergie.

Le nec plus ultra : le système solaire combiné. Ce système chauffe la maison et produit l'eau chaude sanitaire - il supprime ainsi les factures de chauffage et d'eau chaude. Certes l'investissement initial est important - plus de 10 000 euros - mais les économies d'énergie sont à la hauteur, jusqu'à 80 %.

De plus, les propriétaires prêts à engager des travaux de rénovation énergétique peuvent compter sur le coup de pouce de l'éco-prêt à taux zéro : jusqu'à 30 000 euros prêtés sur une durée de 3 ans à 10 ans.

 

Partager l'actualité
Vous abonner
Navigation